Actualité
Soutien à Kirill Serebrennikov

La Comédie de Genève exprime sa plus grande inquiétude quant au sort de Kirill Serebrennikov, metteur en scène, réalisateur et directeur talentueux du Gogol Center de Moscou, suite à son arrestation en Russie. Une audience avait été fixée le 19 octobre. Deux jours auparavant, celle-ci a été repoussée au 19 janvier 2018. Kirill Serebrennikov demeure donc emprisonné chez lui, bloqué dans tous ses projets artistiques.

Face aux accusations portées à son encontre, les témoignages de soutien affluent. Le directeur du Théâtre du Bolchoï a envoyé une lettre de protestation à Vladimir Poutine. Des personnalités telles que Isabelle Huppert, Olivier Py et bien d'autres font entendre leur colère et incompréhension. Kirill Serebrennikov est-il réellement coupable de détournement de fonds publics ou est-ce son art radical et critique à l’égard du régime de Vladimir Poutine qui lui vaut ces déboires juridiques ? Parce que la Comédie de Genève considère que la liberté artistique est un droit fondamental, elle se joint à l’indignation générale que provoque cette arrestation et soutient cette figure incontournable du théâtre d’aujourd’hui qu’incarne Kirill Serebrennikov.

 ↳ Pétition de soutien à Kirill Serebrennikov

A lire dans la Presse

"Serebrennikov, dans ses mises en scène comme dans ses films (présentés à Locarno et à Cannes), met les pieds dans le plat d’une société russe présentée comme gâtée, cupide, et corrompue, où l’émancipation des femmes est de plus en plus mince, où l’orthodoxie religieuse est de plus en plus forte. Sa dernière pièce, Les Âmes Mortes, adaptation-choc vue à Avignon en 2016, actuellement à l’affiche du Gogol Center et jouée par sa troupe du 7e Studio – y compris ce mercredi soir car tous y tiennent – lui vaudrait-elle les mêmes ennuis que son auteur Nikolaï Gogol, censuré en 1842 et finalement interdit de publication dix ans plus tard ?" Télérama

"Le metteur en scène russe Kirill Serebrennikov a été arrêté puis inculpé ce mardi pour une affaire présumée de détournement de fonds publics, dénoncée par de nombreux représentants des milieux culturels européens comme une attaque contre les œuvres parfois dérangeantes de ce trublion de la scène moscovite." Libération

"Lors de la soirée des Molières, c’est Isabelle Huppert en personne qui s’est émue de sa situation, en déclarant : « M. Poutine, laissez-le tranquille. Allez plutôt voir ses spectacles." Le Monde

"Les élections présidentielles approchent en Russie. Poutine veut-il faire du cas Serebrennikov un exemple de ligne rouge à ne pas franchir pour les artistes, comme il l’avait fait naguère du cas Mikhail Khodorkovski pour les oligarques ? Lorsque son procès aura lieu, si Serebrennikov est condamné à plusieurs années de prison, le message sera limpide." Mediapart