Journal

Stage de formation continue donné par Lionel González

Actualités

Du 25 mai au 4 juin 2021 à la Comédie de Genève

La Comédie de Genève propose aux actrices et acteurs actifs en Suisse romande un stage/workshop de formation continue avec l’acteur, metteur en scène et pédagogue Lionel González.

Nous devions présenter ce printemps le très beau spectacle de la Cie de Lionel González et de Gina Calinoiu, Les Analphabètes, qui propose une approche du jeu extrêmement intéressante. Comme ce spectacle ne pourra pas avoir lieu à cause de la pandémie, nous avons eu l’idée et la volonté de faire rencontrer ce travail à des actrices et des acteurs.

Le stage est limité à 12 personnes (6 femmes, 6 hommes) et il sera rémunéré selon les conditions usuelles à la Comédie.

En effet, de la même manière que nous proposons des formations continues aux équipes internes, il nous semble important, dans la situation actuelle, que la formation continue puisse aussi s’adresser à celles et ceux qui sont au cœur du plateau.

CALENDRIER DU STAGE

Du mardi 25 au samedi 29 mai 2021

Du lundi 31 mai au vendredi 4 juin 2021

Horaires : 13h00 – 19h00

MODALITE DE PARTICIPATION

Le stage s’adresse à des actrices et acteurs actifs sur les scènes professionnelles de Suisse romande. Les personnes qui s’inscrivent s’engagent à suivre l’entier du stage, afin d’en faire profiter le plus pleinement possible celles et ceux qui en ont la disponibilité. Si le nombre de candidates et candidats excède la capacité du stage, la sélection se fera par Lionel González.

Merci d’envoyer votre CV et une courte lettre de motivation à Olivier Blättler : oblattler@comedie.ch avant le 12 mai 2021 à minuit

À PROPOS DU STAGE – MOT DE LIONEL GONZALEZ

Avec Gina Calinoiu, actrice roumaine aujourd’hui membre du Théâtre de Dresden en Allemagne, nous nous sommes rencontrés lors d’un laboratoire en Pologne autour de Pirandello avec Anatoli Vassiliev. Nous avons décidé de poursuivre cette recherche ensemble et nous avons fondé notre compagnie, Le Balagan’ retrouvé. 

Nous développons depuis plusieurs années maintenant, un processus que je crois assez original, qui trouve son inspiration à la fois dans les expériences d’écriture de plateaux que j’ai pu avoir, mais également dans la tradition du théâtre russe, celle de Stanislavski en particulier, source à laquelle nous avons pu puiser grâce à notre travail avec Anatoli Vassiliev, ou plus récemment en ce qui me concerne avec Krystian Lupa. Aujourd’hui, nous travaillons à partir d’œuvres qui nous préexistent, mais en gardant cette liberté qu’offre l’improvisation, et qui met l’acteur en action à un endroit si singulier. 

De tous les champs qui relèvent de l’art théâtral, c’est celui de l’acteur qui me passionne le plus. Et pour l’explorer, rien de tel que le théâtre pauvre. Le théâtre pauvre, c’est pour moi un théâtre qui se prive de tous les moyens techniques permettant de créer de la théâtralité, pour ne garder qu’un seul outil, l’art de l’acteur. J’ai découvert récemment une citation de Jacques Copeau : « L’acteur n’est pas au centre, il est le seul endroit où ça se passe. » Je crois que faire l’expérience du théâtre pauvre, c’est précisément faire cette expérience-là. Je crois profondément que tous les acteurs devraient la faire : elle est salutaire. On nous enseigne tellement souvent la dépendance : au pédagogue, au maître, au metteur en scène. Je connais tellement d’acteurs qui attendent d’être légitimés par le désir d’un metteur en scène pour monter sur un plateau. Et c’est tellement libérateur de faire l’expérience de son propre désir et de sa propre puissance. 

C’est cette expérience que je vous propose de faire pendant ces deux semaines. Comme source de notre travail, je vous propose Les Enfants du soleil de Maxime Gorki, une œuvre que j’explore depuis quelques années maintenant, et qui a une résonance toute particulière en ces temps troublés.

Au plaisir

Lionel González

BIOGRAPHIE DE LIONEL GONZÁLEZ

Lionel Gonzalez suit l’enseignement du Studio-Théâtre d’Asnières et de l’Ecole Jacques Lecoq (1998-2000). Il intègre ensuite la Compagnie du Studio, dans laquelle il sera à la fois acteur et assistant à la mise en scène. Très vite, il fonde sa compagnie, Le Balagan’ (2000-2004), avec laquelle il entreprend une recherche sur le théâtre masque (Molière, Ghelderode, Ruzzante). 

En 2003, il commence à enseigner au Studio-Théâtre d’Asnières. C’est également à cette époque qu’est créé le collectif D’ores et déjà, dont il devient l’un des piliers. Pendant 7 ans, ce sont plus d’une dizaine de créations, dont notamment Visages de Feu de Marius von Mayenburg, Baal de Brecht, Le père tralalère et Notre terreur, deux créations collectives. Quand D’ores et déjà est dissous en 2011, il s’exile pour participer à un laboratoire autour de Pirandello, pendant deux ans, avec Anatoli Vassiliev. 

En 2013, il rejoint Jeanne Candel et La Vie Brève, notamment pour la création Le goût du Faux en 2014-2015.

Il travaille également avec Adrien Béal sur Les Voisins de Michel Viander et Le Récit des évènements futurs, une création collective. 

En 2016, il fonde avec Gina Calinoiu, actrice roumaine, une nouvelle compagnie, Le Balagan’ retrouvé. Ils y poursuivent une recherche qui vient confronter l’art de l’improvisation et de l’étudeà des écritures pré-existantes. Ainsi, Demain, tout sera fini est créé au Festival de Villerville en 2016 à partir du Joueur de Dostoievski. Les Analphabètes qui s’inspirent du cinéma suédois des années 70 sont créés en 2019 au TGP Saint-Denis et La Nuit sera blanche qui trouve sa source dans La Douce de Dostoievski, après une première ébauche en 2017 au Festival de Villerville, sera créée en 2022 au TGP Saint-Denis. Depuis les Analphabètes, leur collaboration avec Thibault Perriard interroge la place de la musique dans leur processus. Parallèlement à son activité d’acteur et de metteur en scène, il développe une activité de transmission : en solo (Chantiers Nomades, ENS Ulm, Israël, Auditorium Seynod, Studio- Theâtre d’Asnières), ou en duo, notamment avec Jeanne Candel (CDC Toulouse, ESAD, Chantiers Nomades). 

Depuis quelques années, il travaille à l’ouverture d’un lieu à Vitry-sur-Seine, dédié à la recherche et la transmission de l’art de l’acteur. Il est également praticien Feldenkrais.