Journal

Illuminer pourtant

09 - 15 oct 2021 | Fête du théâtre | Durée : 1h55

Mon petit pays

Compagnie Kokodyniack

Théâtre | Production Comédie | Suisse

Première à la Comédie de Genève

De la fin du 19ème siècle jusque dans les années 80, dans notre paisible Helvétie, des milliers d’enfants sont arrachés à leurs parents jugés inaptes pour délit de pauvreté. Placés en institutions ou au sein de familles paysannes, ces enfants seront presque toujours exploités. La parole de deux d’entre eux — un couple heureux, aujourd’hui octogénaire — minutieusement collectée puis rétrocédée, à la respiration près, par un quatuor d’interprètes, rend justice à la mémoire vive.

Le scandale explose doucement mais sûrement grâce au « théâtre documenté » et choral de la Cie Kokodyniack. La langue, devenue corps trébuche, bute, bégaie ou se suspend pour dire, enfin, ce qui fut longtemps tu.

"Pendant les répétitions de janvier, nous avons entendu ce récit profondément touchant, avec ces mots si jolis, des mots de cet immense petit pays, la Suisse romande. Des mots comme « becquet » (pente raide), « chicaner » (embêter), « trabichet » (à vous de trouver !). Des mots pour évoquer ces deux destins locaux et universels dans une approche unique de la langue au théâtre. Dans ce sillon esthétique que creusent Véronique Doleyres et Jean-Baptiste Roybon de spectacle en spectacle, avec les complicités engagées des interprètes, en composant peu à peu une véritable comédie humaine. Petit pays, grand frisson." NKDM

COMPAGNIE KOKODYNIACK

Depuis quelques années, le théâtre est aussi devenu un lieu où entendre des récits de vie, les nôtres, ceux de nos voisins. La Compagnie Kokodyniack est une recueilleuse d’histoires. Pour chacune de ses créations, cette compagnie romande collecte des témoignages, des biographies d’anonymes et, à l’aide de logiciels, les transcrit jusqu’aux moindres hésitations, souffles et bruits de bouche, afin que le texte s’impose avec son phrasé. Kokodyniack a été fondée en 2013 par Véronique Doleyres et Jean-Baptiste Roybon, alors mandatés par La Manufacture – Haute École des arts de la scène pour approfondir une recherche sur l’interprétation de la parole des gens sur scène déjà en germes durant leurs études.

Les spectacles :
- Mais on devait quand même pointer (2013) est basé sur les récits des ouvriers de l’usine de taille de pierres précieuses investie depuis 2003 par l'école de La Manufacture.
- Des histoires de halles (2015-2016) reprend les souvenirs des ouvriers de l’usine de constructions métalliques aujourd’hui occupée par le théâtre Les Halles à Sierre.
- La Ligne (2017) fait entendre les récits d’habitants croisés au hasard le long d’un fil rouge tendu à travers le canton de Genève.

more

Infos pratiques

Lieu : Salle modulable

Durée : 1h55

Langue : français

Âge conseillé : 14+
Des parties du spectacle peuvent heurter certaines sensibilités.

Infos Covid :
Conformément aux directives du Conseil fédéral, un certificat Covid, accompagné d'une pièce d'identité, est exigé dès l'âge de 16 ans pour entrer dans le théâtre et assister aux spectacles. Le port du masque est facultatif dès l'entrée dans le bâtiment.
En savoir +

Test gratuit sur place, en partenariat avec M3, sur présentation d'un billet (sans inscription préalable) aux dates suivantes :
Samedi 9 octobre : 13h-17h
Mardi 12 octobre : 18h30-20h
Mercredi 13 octobre : 18h30-20h

Tarifs

Plein tarif : CHF 40.-
Abo JE SORS ! : CHF 30.-
Tarif réduit : CHF 25.-
AVS, AI, chômage, partenaires, Interreg, jeunes de 20 à 30 ans, adulte avec jeune de - 20 ans, Circulez!
Aux études ou en apprentissage, jeune public de - 20 ans : CHF 12.- 
Aînées et aînés, Carte 20 ans / 20 francs : CHF 10.-

Le paiement par chéquier culture est accepté à nos guichets

PONT DES ARTS

Mises en bouche : mercredi 6, vendredi 8 et vendredi 15 octobre

Bord plateau : le jeudi 14 octobre, après la représentation

FÊTE DU THÉÂTRE : assistez gratuitement à ce spectacle le samedi 9 octobre à 14h dans le cadre de la Fête du théâtre. 
Réservation auprès de la Fête du théâtre.

 

Avec Véronique Doleyres, Basile Lambert, Aline Papin, Nicolas Roussi

Conception et texte Jean-Baptiste Roybon, Véronique Doleyres, Basile Lambert
Mise en scène Jean-Baptiste Roybon
Chant Alexis Gfeller
Lumières Alexandre Bryand
Son Xavier Weissbrodt
Vidéo Jérôme Vernez
Dessin Alban Kakulya
Collaboration artistique Pascal Mayer
Assistanat à la mise en scène Meriel Kenley
Fabrication décor Ateliers de la Comédie de Genève

Production Comédie de Genève
Coproduction Compagnie Kokodyniack
Soutien Fondation Leenaards, Canton de Vaud, Fondation Ernst Göhner, Hirzel Stiftung, Fondation Hans Wilsdorf, Fondation philosophique Famille Sandoz, Ville d’Yverdon, Fonds d'aide à l'insertion professionnelle (F.A.I.P.) pour les jeunes artistes des Teintureries
Avec l’aide du Théâtre Benno Besson - Yverdon-les-Bains
 

www.kokodyniack.ch

 « D’une sombre affaire du siècle passé, Kokodyniack a tiré une cantate. » Tribune de Genève

« Son théâtre épuré est l’un des plus généreux qui se rencontrent sur les scènes romandes aujourd’hui. » Le Matin Dimanche / Cultura
 
« Une œuvre singulière basée sur la vie d’enfants suisses, victimes de la violence institutionnelle, fait frémir. » Le Courrier

Conseillé aux personnes aveugles ou malvoyantes : visite tactile le vendredi 15 octobre, 2h avant la représentation.

Cette mesure est réalisée en collaboration avec l’Association Ecoute Voir.
Inscriptions auprès de AD@ecoute-voir.org ou par téléphone 079 893 26 15

 

Médias
Journal