Journal

Briser des thermomètres (et le cœur)

10 - 19 mars 2022 | Grande salle | Durée : 2h30

La Cerisaie

Tiago Rodrigues

Théâtre | Coproduction | France - Portugal

D’Anton Tchekhov

Tchekhov publie La Cerisaie à l’orée du XXe siècle. Il choisit cette charnière historique pour écrire le déclin de l’aristocratie, cristallisé autour de la figure féminine de Lioubov. Après plusieurs années de voyage en France, les dettes forcent son retour et celui de sa fille Ania. Elles regagnent leur domaine russe – célèbre pour sa cerisaie – dont la mise aux enchères permettrait d’endiguer l’endettement familial. Parce qu’il est en prise avec notre présent brûlant, Tiago Rodrigues traite cette œuvre-phare davantage comme une ode à la force du changement qu’une pièce sur la fin d’un monde. Lioubov, agent et victime de cette mutation, sera interprétée par Isabelle Huppert.

"Nous nous disions, au début de notre mandat, qu’il faudrait faire une Cerisaie par saison. Créée à Avignon cet été, c’est la première mise en scène de Tiago Rodrigues avec des mots qu’il n’a pas écrits. C’est pour nous la « pièce des pièces ». Un concentré des espoirs et déboires humains. Et la plus belle réplique de l’histoire du théâtre, rien que ça. Quelle est-elle ? On en débattra ensemble à la sortie…" NKDM

Tiago Rodrigues

Né à Lisbonne, Tiago Rodrigues est acteur, dramaturge, metteur en scène, producteur et directeur artistique du Teatro Nacional D. Maria II à Lisbonne. Depuis ses débuts en tant qu’auteur, à l’âge de 20 ans, il a toujours envisagé le théâtre comme une assemblée humaine : un endroit où les gens se rencontrent, comme au café, pour y confronter leurs idées et partager leur temps. Qu’il combine des histoires réelles à de la fiction, qu’il revisite des classiques ou adapte des romans, son théâtre est profondément habité par la volonté d’écrire avec et pour les acteurs. En véritable alchimiste, il façonne dans ses mises en scène la réalité pour en extraire la poésie grâce aux outils du théâtre.

Tiago Rodrigues a été nommé directeur du prochain Festival d'Avignon. Il présente deux autres spectacles cette Saison à la Comédie : Please Please Please et Dans la mesure de l'impossible.

Quelques spectacles emblématiques :
- By Heart (2014). Tiago Rodrigues invite des hommes et des femmes du public à éprouver, à partager, le temps de la représentation, une expérience singulière : celle de retenir un texte et de le dire. Une lutte contre le temps, l’oubli, le vieillissement, contre l’absence et la disparition.
- Bovary (2016). Tiago Rodrigues s'empare du procès intenté à Flaubert pour convoquer sur scène l'histoire d'Emma Bovary.
- Sa façon de mourir (2017). Anna Karénine est ici le personnage principal. Pas Anna, non, mais le livre de Tolstoï, l'objet de cuir et de papier qui traverse les générations et nous aide à vivre.
- Sopro (2017). Joué au Festival d’Avignon, ce spectacle met en lumière la place du souffleur, d'une souffleuse en l'occurrence, le poumon du lieu mais aussi du geste théâtral.

ANTON TCHEKHOV

Qu’on prononce son nom et surgissent des personnages tout à la fois ciselés dans leurs ressorts intimes et si habilement inscrits dans des rapports familiaux et sociaux, qu’ils nous donnent parfois l’impression d’avoir été leurs contemporains dans la Russie de la fin du XIXe siècle. Il n’y a plus là ni action d’éclat ni héros, juste la vie et ses délitements. Cet univers réaliste, mélancolique aussi, on le doit à un formidable observateur, né en 1860, petit-fils de serf, et qui commence à écrire, dès le début de ses études en médecine, des nouvelles, une pièce de théâtre, puis plus tard le récit dénonciateur de la misère et des exactions commises sur l’île concentrationnaire de Sakhaline. L’essentiel de son théâtre est publié à partir de 1887. Mais il lutte aussi contre la tuberculose et meurt en 1904 à l’âge de 44 ans.

Son théâtre :
Platonov (1880-81). Le manuscrit de cette œuvre fleuve sera retrouvé et publié après sa mort.
Ivanov (1887). Le désarroi d’un petit propriétaire terrien face au monde qui l’entoure, à l’impossibilité d’agir sur sa vie.
Oncle Vania (1896). Une fable mélancolique où il est question d’amour sans retour, de renoncement, de rêves enfouis sous les petitesses de l’existence.
La Mouette (1897). L’analyse très personnelle et bouleversante du métier d’écrivain, des conflits entre l’art et la vie.
Les Trois Sœurs (1900). Les veuleries d’une société provinciale vont désarmer l’espièglerie rêveuse de trois femmes. Leur aspiration à un ailleurs fantasmé sera prise aux rêts de l’ennui et de l’impossibilité d’agir sur leur propre vie.
La Cerisaie (1903). Une maison et son jardin comme lieux des illusions perdues. Une pièce chorale qui travaille les rythmes dramaturgiques pour dire la perte et la fuite du temps.

more
Login ou password incorrect

Vous n’avez pas encore de compte ? Inscrivez-vous ici

Infos pratiques

Lieu : Grande salle

Durée : 2h30

Langue : français

Âge conseillé : 14+

Infos Covid :
Conformément aux directives du Conseil fédéral, un certificat Covid, accompagné d'une pièce d'identité, est exigé dès l'âge de 16 ans pour entrer dans le théâtre et assister aux spectacles. Le port du masque est facultatif dès l'entrée dans le bâtiment.
En savoir +

Tarifs

Plein tarif : CHF 40.-
Abo JE SORS ! : CHF 30.-
Tarif réduit : CHF 25.-
AVS, AI, chômage, partenaires, Interreg, jeunes de 20 à 30 ans, adulte avec jeune de - 20 ans, Circulez!
Aux études ou en apprentissage, jeune public de - 20 ans : CHF 12.- 
Aînées et aînés, Carte 20 ans / 20 francs : CHF 10.-

Le paiement par chéquier culture est accepté à nos guichets

PONT DES ARTS

Mises en bouche : jeudi 10, vendredi 11 et vendredi 18 mars

Samedi à tout prix : 12 mars à 18h
– Prix libre de CHF 5.- à CHF 50.-
– En vente uniquement au guichet le jour même dès 12h.
– Placement libre dans la salle.

Bord plateau : le jeudi 17 mars, après la représentation

 

Avec Isabelle Huppert, Isabel Abreu, Tom Adjibi, Nadim Ahmed, Suzanne Aubert, Marcel Bozonnet, Océane Caïraty, Alex Descas, Adama Diop, David Geselson, Grégoire Monsaingeon, Alison Valence

Et avec Manuela Azevedo, Hélder Gonçalves (musiciens)

Texte Anton Tchekhov
Mise en scène Tiago Rodrigues
Assistanat à la mise en scène Ilyas Mettioui
Traduction André Markowicz et Françoise Morvan
Collaboration artistique Magda Bizarro
Scénographie Fernando Ribeiro
Lumière Nuno Meira
Costumes José António Tenente
Maquillage et coiffure Sylvie Cailler, Jocelyne Milazzo
Musique Hélder Gonçalves (composition), Tiago Rodrigues (paroles)
Son Pedro Costa
Fabrication décor Ateliers du Festival d’Avignon
Confection costumes Ateliers du Théâtre National Populaire de Villeurbanne

Production Festival d’Avignon
Coproduction Odéon-Théâtre de l’Europe, Teatro Nacional D. Maria II - Lisbonne, Théâtre National Populaire de Villeurbanne, Comédie de Genève, La Coursive - Scène nationale de la Rochelle, Wiener Festwochen, Comédie de Clermont-Ferrand, National Taichung Theater (Taïwan), Teatro di Napoli Teatro Nazionale, Fondazione Campania dei Festival - Campania Teatro Festival - Naples, Théâtre de Liège, Holland Festival
Résidence à La FabricA du Festival d’Avignon et à l’Odéon-Théâtre de l’Europe
Soutien Fondation Calouste Gulbenkian

https://festival-avignon.com/

 

Médias