Journal

Enchanter la cuisine chinoise

20 - 23 jan 2022 | Salle Modulable | Durée : 1h30

Le Dragon d’Or

Julien Chavaz

Théâtre musical | Coproduction | Suisse

Théâtre musical de Peter Eötvös
Livret de Roland Schimmelpfennig d’après sa pièce éponyme

En partenariat avec La Plage - Grand Théâtre de Genève

Alternant voix parlée et voix chantée, l’opéra de Eötvös est un véritable tour de force pour les cinq chanteurs et chanteuses lyriques qui se partagent dix-huit rôles, au cours de vingt-deux scènes se succédant comme autant d’épisodes, tous reliés au restaurant chinois Le Dragon d’Or. De bribes en bribes, l’intrigue se tisse, grotesque, cocasse, parfois gore, jusqu’au drame.

Seize musiciennes et musiciens de l’Ensemble Contrechamps, installés au plateau, portent la partition dans un rapport de complicité accrue avec les interprètes. Le Dragon d’Or démontre que l’opéra peut sortir de ses gonds en défiant les conventions.

"Vous inviter à l’opéra, dans votre théâtre. Un Musiktheater, ce genre qui mélange le théâtre et l’opéra, fameux en Germanie, peu connu ici. L’occasion d’une découverte, burlesque et très agencée. Nous voulons sans cesse tenter de (nous) décloisonner, sortir de ce que nous connaissons. Nous avons découvert le travail de Julien Chavaz à Fribourg, au NOF – Nouvel Opéra Fribourg. Sa manière précise et malicieuse de raconter a fait le reste. La tenue de soirée est possible, bien que non obligatoire." NKDM

Julien Chavaz

À l’orée de la quarantaine, Julien Chavaz a vu du pays, fréquenté de prestigieuses maisons d’opéra et arbore un impressionnant palmarès dans l’art lyrique. Ses choix de mises en scène dessinent un parcours original : Acis et Galatea de Händel au Théâtre Royal de La Haye puis à la Kleine Komedie d’Amsterdam. À Londres et Zurich, il monte Teenage Bodies d’après Buxtehude, puis Blanche-Neige de Lange en création suisse, Mavra de Stravinsky, La Chauve-Souris de Strauss, Monsieur Choufleuri de Offenbach, et crée Sholololo ! pour le festival Belluard.

Il assiste Herbert Frisch au Komische Oper de Berlin et à l’Opréa de Zurich, ainsi que Sam Brown au Welsh National Opra de Cardiff et au Luzerner Theater. Fidèle collaborateur de Laurent Pelly, il l’accompagne dans des créations au Santa Fe Opera, à l’Opéra de Lyon, au Grand Théâtre de Genève et au Dutch National Opera d’Amsterdam.

Quelques étapes-clés dans sa carrière :
- En 2001, il fonde la compagnie Opéra Louise.
- En 2018, il met en scène le concerto pour piano de Schumann sous le titre de Ouvertüre pour le Théâtre Équilibre de Fribourg.
- Sa mise en scène de Moscou Paradis de Chostakovitch au Théâtre de l’Athénée à Paris figure dans la sélection des meilleurs spectacles 2018 du journal Le Monde.
- En septembre de cette même année, il prend la Direction artistique du NOF-Nouvel Opéra de Fribourg, fondation née de la fusion entre l'Opéra de Fribourg et la compagnie Opéra Louise.

Peter Eötvös

Compositeur, chef d’orchestre et pédagogue né en 1944 en Transylvanie, il commence la musique comme instrumentiste car sa mère est pianiste.  À onze ans, il gagne son premier prix de composition. Dès la fin des années 50, on le sollicite pour accompagner des projections de films sur lesquelles il improvise au piano ou à l’orgue, puis on le sollicite pour écrire de la musique pour le théâtre et le cinéma. Il fait très vite figure d'enfant terrible avec ses compositions avant-gardistes, influencées par les sons de l’Ouest.

Diplômé en composition à l’Académie de musique de Budapest et en direction d’orchestre à la Hochschule für Musik de Cologne, il se produit régulièrement à la tête de l’Ensemble Stockhausen entre 1968 et 1976, et collabore avec le studio de musique électronique de la Radio de Cologne de 1971 à 1979. Il répond à l’invitation de Pierre Boulez en venant diriger le concert inaugural de l’Ircam en 1978, puis est nommé directeur de l’Ensemble InterContemporain, poste qu’il conserve jusqu’en 1991.

Cette même année, il crée la Fondation internationale Eötvös et en 2004 la Fondation Eötvös pour la musique contemporaine à Budapest, à destination des jeunes compositeurs et chefs d’orchestre. Il ne dissocie pas ses activités de compositeur, de chef d'orchestre, d’enseignant ou de conseiller musical pour de grandes institutions européennes.

Son omniprésence sur la scène musicale contemporaine par la multitude de commandes qu’il reçoit lui permet d'assimiler les musiques nouvelles qui émergent. Par ailleurs, ses œuvres pensent toujours le dispositif théâtral.

Quelques-unes de ses compositions :
- Kosmos (1961), pour piano.
- *Music for * New York (1971), pour saxophone et percussion avec bande.
- Chinese Opera (1986), pour ensemble.
- Korrespondenz (1992), pour quatuor à cordes.
- Replica (1998), pour alto et orchestre.
- Die Tragödie des Teufels (2010), opéra en deux parties.

Roland Schimmelpfennig

Auteur de théâtre, metteur en scène, dramaturge, journaliste et traducteur notamment d’auteurs dramatiques de langue anglaise, cet artiste allemand né en 1967 se fait repérer en 1998 lorsqu’il remporte le prix Schiller catégorie Jeune talent de la région Bade-Wurtemberg. En 1997, le prix Else-Laker-Schüler récompense sa pièce Fisch um Fisch. Il est également lauréat du Prix des dramaturges Else Lasker-Schüler, du Prix des dramaturges de Mülheim, du Prix Nestroy de Vienne et du Prix de lecture radiophonique ARD.

Il occupe le poste de dramaturge de la Schaubühne de Berlin de 1999 à 2001.

Quelques-unes de ses pièces :
Une nuit arabe (2000). Une nuit d’été, chaude et moite, dans une tour, au milieu d’une cité quelconque... et, une coupure d’eau dans un immeuble HLM déclenche « l’histoire » de Fatima, Vanina, Khalil, Pierre et du concierge Lemonnier.
Push-up (2001). Que seront prêts à faire les employées et employés d’une multinationale pour se catapulter au sommet de la pyramide hiérarchique ? Cette pièce sur l’arrivisme est composée de trois duos-duels qui les confrontent dans leur soif d’aller toujours plus haut. 
Peggy Pickit voit la face de Dieu (2010). Anciens amis de fac, deux couples de quarantenaires devenus médecins se retrouvent pour dîner. Liz et Frank mènent une vie bourgeoise et cosy dans une grande ville européenne ; Karen et Martin rentrent après six ans passés à exercer dans un dispensaire en Afrique. Nous assistons aux frictions des retrouvailles entre le modèle d’une réussite à l’occidentale et le modèle apparemment vertueux de l’engagement humanitaire.

 

more

Infos pratiques

Lieu : Salle modulable

Langue : allemand surtitré en français

Durée : 1h30

Âge conseillé : 12+

Infos Covid :
Conformément aux directives du Conseil fédéral, un certificat Covid, accompagné d'une pièce d'identité, est exigé dès l'âge de 16 ans pour entrer dans le théâtre et assister aux spectacles. Le port du masque est facultatif dès l'entrée dans le bâtiment.
En savoir +

Tarifs

Plein tarif : CHF 40.-
Abo JE SORS ! : CHF 30.-
Tarif réduit : CHF 25.-
AVS, AI, chômage, partenaires, Interreg, jeunes de 20 à 30 ans, adulte avec jeune de - 20 ans, Circulez!
Aux études ou en apprentissage, jeune public de - 20 ans : CHF 12.- 
Aînées et aînés, Carte 20 ans / 20 francs : CHF 10.-

Le paiement par chéquier culture est accepté à nos guichets

PONT DES ARTS

Mises en bouche : jeudi 20 et vendredi 21 janvier

Bord plateau : le vendredi 21 janvier, après la représentation

Avec Sarah Defrise (soprano), Julia Deit-Ferrand (mezzo-soprano), Alexander Sprague (Tenor I), Timur (ténor II), Henry Neill (baryton) 
Et avec l’Ensemble Contrechamps     

Composition Peter Eötvös
Livret Roland Schimmelpfennig
Direction musicale Gabriella Teychenné
Mise en scène Julien Chavaz
Costumes Severine Besson
Accessoire Valérie Margot
Lumière Eloi Gianini
Mouvement Kiyan Khoshoie
Assistanat à la mise en scène Valérie Tacheron
Accompagnement chant Hélène Favre-Bulle
Fabrication décor Ateliers de la Comédie de Genève

Production NOF - Nouvel Opéra Fribourg
Coproduction Comédie de Genève, Grand Théâtre de Genève 

Soutien État de Fribourg, Loterie Romande, Agglomération de Fribourg

https://nof.ch/fr/productions/dragon-dor/