menu

13 nov > 01 déc 2018

Serge Martin - Christian Geffroy Schlittler

La Folie Lear

d’après « Le Roi Lear » de William Shakespeare, « Minetti » de Thomas Bernhard, « Roi Lear » de Rodrigo García

Dans notre bureau, le metteur en scène et acteur et pédagogue Serge Martin nous a raconté son projet. Il a raconté cette histoire d’un acteur qui raconte son futur et impossible spectacle sur Lear. Les Lear. Ceux de Shakespeare, et ceux revisités par Rodrigo García et Thomas Bernhard.

Cette histoire de fureur qui lui fait si violemment penser à notre monde contemporain. Nous écoutions, et nous voyions ses images qui devenaient les nôtres. Il racontait son spectacle, son monde, comme on dit. Alors nous avons eu envie de voir ce monde en vrai. De voir comment il vous raconterait ce rêve d’acteur. Comment seraient ses Lear, comment ils bougeraient, comment ce personnage vieux de 400 ans nous apparaîtrait si familier. Comment cela ressemblerait à ce récit dans notre bureau, et comment le temps et le travail auraient encore transformé ce récit du récit d’un acteur qui ressemblerait à Serge Martin et qui serait aussi un autre.

It is the story of an actor who narrates his future and impossible play about Lear. The Lears. Shakespeare’s Lears, and those revisited by Rodrigo García and Thomas Bernhard. How can this 400-year-old character still appear so familiar to us?

Biographie brève

Christian Geffroy Schlittler
Né en 1971 à Caen, Christian Geffroy Schlittler, acteur et metteur en scène, s’installe à Genève en 1998 et crée avec Barbara Schlittler, Dorian Rossel et Sandra Heyn, le collectif « Demain on change de nom ».

Quelques dates-clés :
2004 : Crée sa compagnie, L’agence Louis-François Pinagot
2005 : Chantier de créations autour de Tchekhov
2007-08 : Nouveau chantier qui aboutit au spectacle Pour la libération des grands classiques au Théâtre Saint-Gervais Genève
2012 : Écrit, crée et joue Ne faites plus ce bruit de cœur brisé au Théâtre Saint-Gervais Genève
2014 : C’est une affaire entre le ciel et moi, adaptation libre du Dom Juan de Molière au Théâtre Saint-Gervais Genève

more
le récit d’un spectacle  / âge conseillé : dès 14 ans / durée : en création

 

Serge Martin croit en la force bienfaitrice de la folie, salvatrice selon lui, à l’image de celle de Lear, le roi fou, qui erre sur la lande. Il a rêvé un spectacle dans lequel le personnage de Shakespeare rencontrerait d’autres Lear, celui de Rodrigo Garcia et celui que Minetti, le grand comédien de la pièce éponyme de Thomas Bernhard, aspire à jouer une dernière un fois. Un Lear démultiplié. Nos Lear. De ce rêve est né un projet original. Non pas le spectacle qu’il a imaginé, mais le récit de ce spectacle. 

Nous avons rencontré Serge Martin et, dans un bureau de la Comédie, il nous a parlé avec passion de ce spectacle qui raconte un spectacle, comme une sorte de mise en abyme de son propre projet dans lequel un acteur arrive sur scène, s’adresse au public, comme un conteur, mais au lieu de raconter une histoire, il raconte un projet de spectacle, lit des passages des trois Lear, continue à raconter le spectacle jusqu’à ce que, petit à petit, il se trouve contaminé par la folie de Lear. À la fin, dit-il, les trois Lear ne sont plus qu’un, regroupés dans le corps de l’acteur qui à un moment donné cesse de lire pour interpréter et finalement se prendre à son propre jeu. 

 

Pour Serge Martin, le parcours de Lear est celui d’une initiation dans laquelle la folie fonctionnerait comme un agent révélateur, comme si le détour par la démence conduisait Lear vers la sagesse et la clairvoyance. Car celle-ci n’est pas une folie clinique, ni une folie meurtrière, mais au contraire une folie qui éclaire, qui libère et révèle, comme celle du fou du roi qui permet de tout remettre en question, comme celle de l’acteur – cet artiste qui pratique l’art de la folie –, comme ce petit grain ludique aussi, tapi en chacun de nous.  

D’ailleurs, ajoute-t-il, dans son spectacle Lear ne meurt pas, façon de dire combien cette folie est nécessaire pour résister à l’ordre et à la raison, celle des États, qui ne produisent que des guerres.

 

avec : Serge Martin
thématiques : la folie, le point de vue, la démultiplication des points de vue, l’acteur, le récit d’un spectacle, la réécriture, la réappropriation, la mise en abyme
activités pédagogiques : dossier d’accompagnement pédagogique, présentation dans la salle de cours, visite du théâtre, rencontre avec l’équipe artistique, atelier jeu

Login ou password incorrect

Vous n’avez pas encore de compte ? Inscrivez-vous ici

Studio André Steiger


Tarifs :
CHF 40.- à CHF 12.-


Samedi à tout prix
Tarif libre (de CHF 2.- à CHF 50.-) pour la représentation du 17.11.2018 à 18h.
En vente uniquement au guichet le jour même dès 13h.


Âge conseillé :
14 +

Code promo !

Vous bénéficiez d'un code avantage ? Saisissez-le ici !

Nos cartes multicourses

Voyagez à prix réduit et en toute liberté avec nos cartes multicourses : 4 ou 10 entrées transmissibles pour les spectacles de votre choix !

jeu : Serge Martin, Florestan Blanchon
assistanat à la mise en scène : Charlotte Riondel
lumière : Lumière électrique – Laurent Junod, Marie Bürgisser et Victor Hunziker
scénographie : les Ateliers du Colonel
vidéo : Francesco Cesalli
son : en cours

coproduction : Comédie de Genève, Théâtre Vidy-Lausanne, Théâtre Ecart


Même sans mesure d’accessibilité, nous conseillons ce spectacle aux personnes malvoyantes ou aveugles, car l’intrigue ainsi que la proximité du plateau dans le Studio André Steiger en favorisent la réception. 


Présentation audio du spectacle par Natacha Koutchoumov :