menu

10 > 14 oct 2019

Para

David Van Reybrouck / Raven Ruëll

Se mettre dans les bottes (et l’âme) d’un soldat

Après Mission, saisissant spectacle que l’on a pu voir à la Comédie en 2015 et 2016, l’auteur David Van Reybrouck et le comédien Bruno Vanden Broecke donnent ici la parole à un soldat engagé en 1992 dans une opération internationale de pacification en Somalie. Un soldat qui, comme ses camarades, n’était pas préparé à la mission qui lui a été confiée. Un récit qui traite de la dérive morale sans pourtant tomber dans le réquisitoire ni dans le jugement. Un récit sur l’idéalisme et l’impuissance, sur les objectifs nobles qui sombrent dans des pratiques sordides.
 

Bruno Vanden Broecke a reçu le Prix Louis d’or du meilleur acteur néerlandais pour sa performance.

« Parce que le théâtre peut être un exercice d’empathie. Parce qu’aujourd’hui des camps se forment de manière manichéenne en quelques clics sur les réseaux sociaux. Para redonne sa place à la nuance. C’est cette nuance qui nous a donné envie de retrouver cet acteur. Partant d'une analyse de "l'opération internationale de maintien de la paix" en Somalie, la pièce est surtout une réflexion sur les tourments intérieurs d’un individu dans la "grande histoire". C’est aussi cela la force du théâtre : un exercice d’altérité en direct. » NKDM

Raven Ruëll et Bruno Vanden Broecke

Il y a 11 ans, Raven Ruëll, metteur en scène belge dont les spectacles ont été à plusieurs reprises sélectionnés pour le Het Theaterfestival à Gand, dirigeait déjà l’acteur Bruno Vanden Broecke dans Mission, écrit par David Van Reybrouck. Depuis, Mission a été joué à 280 reprises et en quatre langues au cours des 11 saisons passées, et a tourné en Belgique, en France, en Allemagne, aux Pays-Bas, en Suisse et en Autriche. C'est donc le trio au grand complet que l'on retrouve ici dans Para, pour lequel Bruno Vanden Broecke, parfois qualifié de « roi du monologue », a remporté le Louis d'Or du meilleur rôle principal masculin, soit le prix théâtral belge le plus prestigieux de la région néerlandophone. 

Quelques spectacles emblématiques de Raven Ruëll :
– Baal de Bertold Brecht (2011). Raven Ruëll revisite la première pièce de théâtre du dramaturge allemand avec son coéquipier Jos Verbist.
– King Lear 2.0 de Jean-Marie Piemme (2012). Le metteur en scène belge fait entrer Shakespeare en résonnance avec le monde contemporain.
– Tribuna(a)l (2013). Suite à son immersion dans les palais de justice, Raven Ruëll compose avec Jos Verbist un théâtre documentaire passionnant à partir du quotidien de la justice.

David Van Reybrouck

Avant d'être un écrivain néerlandophone au retentissement européen, David Van Reybrouck, né à Bruges en 1971, a fait une carrière scientifique en tant qu'archéologue et historien de la culture. Il a mené des recherches dans le domaine de l'anthropozoologie – discipline étudiant les rapports entre le monde animal et les sociétés humaines – qui ont donné lieu à des publications internationales. Mais en 2007, il quitte le monde universitaire pour se concentrer sur sa carrière d'écrivain. Il écrit alors Mission - que l'on a pu voir à la Comédie de Genève, en 2015 puis en 2016 -, un monologue développé à partir de conversations qu'il a eues avec des missionnaires au Congo belge. Ce livre lui vaut le Arkprijs (Ark Prize of the Free Word). Le jury qui lui décerne ce prix fait l'éloge de son approche souple, cohérente et originale dans les débats contemporains sur les sciences sociales et éthiques.

more
Dossier pédagogique - Para
La guerre / âge conseillé : dès 16 ans / durée : 2h00


Quoi ?

Après Mission (à la Comédie en 2014 et en 2015), leur spectacle au succès retentissant, l’auteur David Van Reybrouck, le comédien Bruno Vanden Broecke et le metteur en scène Raven Ruëll ont à nouveau uni leurs forces pour la création de Para.

Pour ce nouveau monologue, le trio plonge dans un chapitre oublié de l’histoire récente : l’intervention militaire belge de grande envergure en Somalie en 1992-1993.
 

Pourquoi ?

"Le spectacle parle de jeunes hommes qui n’étaient pas préparés à la mission qu’on leur a confiée. Soudain, ils se sont retrouvés quatre mois durant dans la Corne de l’Afrique, au milieu d’un conflit immensément complexe dans lequel l’ennui sans fin, le racisme latent et la violence extrême ont abouti à des actes dont certains se demandent jusqu’aujourd’hui comment ils ont pu les commettre" explique David Van Reybrouck.

Para serait comme un exercice d'altérité à double détente. Ou une leçon de décentrement en deux temps.

"Vous me regardez comme nous, nous regardions les Somaliens" dit Nico Staelens (personnage de Para) au terme de son témoignage. Et c'est bien de cela qu'il s'agit. De ce double regard. Celui que portent ces soldats sur une population dont ils ne comprennent ni la langue, ni les codes, ni la réalité, ni la misère, et qui se livrent à des actes qu'ils n'arrivent pas à comprendre et expliquer. Et le regard que nous, ou la plupart d'entre nous – qui ne connaissons ni l'armée, ni la guerre, ni la Somalie et le conflit civil qui l'a ravagé, ni même peut-être l'Afrique – portons sur ces soldats et les actes qu'ils ont pu commettre.

Para invite à regarder autrement, sans grilles en noir et blanc faites d'avis tranchés et d'opinions toutes faites.

 

Comment ça se passe ?

Sur scène, un petit écran un peu artisanal pour faire défiler quelques diapos, une boîte en carton minuscule. C'est tout. Le sergent belge Nico Staelens, ancien parachutiste, incarné par le magnétisant Bruno Vanden Broecke, donne une conférence. En 1992, il a participé à une mission de pacification en Somalie sous l’égide des Nations-Unies, le plus grand déploiement militaire belge en Afrique.

Nico Staelens ne témoigne pas avec le souci de convaincre, ou d'émouvoir, ou de juger. Non. Il documente une situation éminemment paradoxale – avec moult détails, d'une précision minutieuse, presque obsessionnelle: celle d'un corps d'armée surentrainé, déployé non pas pour une mission belliqueuse mais pour une opération de pacification. Un corps d'armée – dont les 95%, dit-il, sont des gars d'extrême droite, racistes, voire suprématistes du type "white power" – débarqués en terre étrangère, dans un conflit complexe, une misère terrible, une culture inconnue. De bonnes intentions qui virent au fiasco.

 

Avec: Bruno Vanden Broecke

 

Thématiques: la guerre, la guerre de Somalie, la dérive morale, l'autre, les conséquences de la guerre, le monologue

 

Activités pédagogiques: préparation dans votre classe à la sortie théâtre (quelques jours avant votre venue ou le soir-même 30 min. avant le début du spectacle), rencontre avec l’équipe artistique et discussion à la suite du spectacle (30 min.)

Login ou password incorrect

Vous n’avez pas encore de compte ? Inscrivez-vous ici

Durée : 1h30
Tarifs : CHF 40.- à CHF 10.-
Âge conseillé : 16 +


En + :
Mises en bouche : vendredi et samedi, 30 min avant le début du spectacle
Samedi à tout prix : 12 oct 18h
En vente uniquement au guichet le jour même dès 12h. Placement libre dans la salle.

Code promo !

Vous bénéficiez d'un code avantage ? Saisissez-le ici !

Nos cartes multicourses

Voyagez à prix réduit et en toute liberté avec nos cartes multicourses : 4 ou 10 entrées transmissibles pour les spectacles de votre choix !

Avec: Bruno Vanden Broecke

Scénographie: Leo de Nijs 

Décors: KVS Atelier 

Costumes: Heidi Ehrhart 

Conception lumière: Johan Vonk 

Lumière: Geert Drobé 

Son: Dimitri Joly 

Directeur production: Lieven Symaeys  

Diffusion et tour management: Saskia Lienard 

Production: KVS 

Remerciements: Jacques Bloemen, Adrien Van Den Hoof

Pour les personnes aveugles ou malvoyantes, une visite tactile du plateau est prévue le dimanche 13 oct 2019 à 14h30 en partenariat avec l'association Dire Pour Voir. 

> Inscriptions à l'adresse : info@direpourvoir.ch